fbpx

Histoire de Hydra

Hydra d’avant l’occupation, se résumait à la compagne vallonnée et boisée qui bordait la rive droite de l’oued Kniss, s’étalant au départ de l’aqueduc turc, jusqu’au marabout et cimetière de Sidi Yahia, au sud. De Notre temps, elle fait limite avec El Biar, et Ben Aknoun au nord, El Achour et Draria a l’ouest, Birmouradreis au sud, et El Mouradia à l’est. Son territoire
De son véritable nom  » Haïdra », tel qu’il était prononcé par les habitant du fahs d’Alger, il tire son origine du qualificatif hadri, qui provient lui même de la fameuse expression algéroise  » Ness-el-Hdar », qui se traduit en langue française par « citadins ». Difficilement prononçable par les Européens, le mot Haîdra, est vite altéré en Hydra.
Faut-il rappeler aussi, que seuls les gens de la haute société d’alors, pouvaient se payer le luxe de s’offrir des maison de compagne plus spacieuses, dans cette régions toute proche de la Casbah, mais loin de son étroitesse et au-delà de ses rempart, afin de gouter au calme et au plaisir d’une nature envoutante , qui nous inventait à chaque instant, des paysages à couper le souffle .

Patrimoine :

Aqueduc d’Hydra :

Une partie de l’aqueduc d’Ain Zeboudja est encore visible, au niveau du Val d’Hydra (cité Chabani) derrière le ministère de l’énergie et des mines et qui est l’un des plus grands aqueducs approvisionnant les fontaines d’Alger durant l’ère ottomane, il fut construit entre 1619 et 1639, d’une longueur de 12 km, il avait la capacité de rassembler les eaux de sources venant de Dely Brahim et de Ben Aknoun de manière à les diriger vers la casbah dans le but d’alimenter la citadelle et quatorze fontaines de la vieille ville. Aujourd’hui, il est considéré comme l’un des plus importants vestiges du système hydraulique utilisé durant le temps de la Régence d’Alger 7.

Bordj Hydra ( Château d’Hydra ) :

Le plus ancien édifice de la commune est le Château d’Hydra (Bordj Hydra) élevé au XVIIIe siècle par Ali, l’agha des spahis. Cette maison hispano-mauresque, siège actuel de l’ambassade de France, a donné son nom au quartier4.

En 1830, lors du débarquement du maréchal de Bourmont sur le sol algérien, il avait choisi une résidence située à Val d’Hydra pour établir son Quartier général5.

Au début du XXe siècle les propriétaires du château d’Hydra vendent 100 hectares de vignes du plateau d’Hydra pour l’aménagement du lotissement du Parc d’Hydra. En 1925, est construit le pont d’Hydra et percée la tranchée qui permettent un accès direct depuis la colonne Voirol6 qui va accélérer l’urbanisation du quartier et la construction de villas à l’architecture moderne

Quartier Colonne Voirol :

Crée en l’honneur d’un ancien gouverneur d’ Algérie ( 1833-1834) , il est à l’origine des constructions des premières routes d’Algérie. Justement, ce carrefour qui dessert cinq communes en meme temps, que sont Alger, Birmouradrais, El Mouradia, Hydra, et El Biar, était par le passé considéré, comme le point de départ pour le calcul des parcours.


Published on: avril 11, 2020  -  Filed under: Histoire


0 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap